News en direct de Facebook

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

La préservation des forêts est un élément vital pour la lutte contre le réchauffement climatique. 🌍 Elles sont importantes aujourd'hui, mais cruciales pour les générations futures. Agissons maintenant ! ... See MoreSee Less

1 day ago
Boys of Ardingly School going on vacation, 1926.

Boys of Ardingly School going on vacation, 1926. ... See MoreSee Less

2 days ago
...et une crécelle.  😉

BON DIMANCHE !!  🥱 ☕️

...et une crécelle. 😉

BON DIMANCHE !! 🥱 ☕️
... See MoreSee Less

3 days ago
Saint-Exupéry nous quittait il y a 77 ans #EnCejour, mais limmense succès de son œuvre témoigne de la puissance de son héritage. Rendons-lui hommage en appréciant notre humanité commune ! 
À cette occasion, (re)découvrez cet article poignant du Courrier de lUNESCO intitulé « LEnfant dans le texte » : https://on.unesco.org/3lcMGcT

#SaintExupery #LePetitPrince #Littérature #Culture #France #Histoire #Livre

Saint-Exupéry nous quittait il y a 77 ans #EnCejour, mais l'immense succès de son œuvre témoigne de la puissance de son héritage. Rendons-lui hommage en appréciant notre humanité commune !
À cette occasion, (re)découvrez cet article poignant du Courrier de l'UNESCO intitulé « L'Enfant dans le texte » : on.unesco.org/3lcMGcT

#SaintExupery #LePetitPrince #Littératur #Culture #France #Histoire #LivreEn ce jour, en 1944, disparaissait Antoine de Saint-Exupéry. Écrivain, poète et aviateur français, son avion un P-38 Lighting, s'est abîmé en mer au large de Marseille, au cours d’une mission lors du débarquement de Provence.

Auteur de « Vol de nuit » et « Terre des hommes », son grand succès littéraire est indéniablement « Le Petit Prince », un court récit publié en 1943 à New York. Ce livre raconte l'histoire d’un pilote dont l’avion est tombé en panne dans le désert du Sahara et qui rencontre un petit prince, venu d’une autre planète, dont les activités consistent essentiellement à ramoner les volcans et arracher les baobabs de sa planète.

« Le Petit Prince » est bien plus qu'un simple livre pour enfant, il explore les thèmes de l'amour, de la solitude, et tant d'autres, à travers des personnages captivants et attachants. Le conte de Saint-Exupéry est une critique sociale qui met en lumière la singularité du monde des adultes.

Saint-Exupéry nous quittait il y a 77 ans #EnCejour, mais l'immense succès de son œuvre témoigne de la puissance de son héritage. Rendons-lui hommage en appréciant notre humanité commune !

À cette occasion, (re)découvrez cet article poignant du Courrier de l'UNESCO intitulé « L'Enfant dans le texte » : on.unesco.org/3lcMGcT

#SaintExupery #LePetitPrince #Littérature #Culture #France #Histoire #Livre
... See MoreSee Less

4 days ago
« Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant. Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire.

Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil.

On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir.

On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts.

On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays.
En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés.

On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et des diabètes futurs.

Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. »

Marguerite Yourcenar

(Les Yeux Ouverts, ensemble d’interviews de l’auteure réalisées par Matthieu Galey, 1980 Editions Le Centurion.)

« Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant. Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire.

Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil.

On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir.

On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts.

On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays.
En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés.

On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et des diabètes futurs.

Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. »

Marguerite Yourcenar

('Les Yeux Ouverts', ensemble d’interviews de l’auteure réalisées par Matthieu Galey, 1980 Editions Le Centurion.)
... See MoreSee Less

4 days ago
« Selon moi, j’étais un garçon intelligent qui ne réussissait pas bien à l’école. Je ne m’insérais pas dans le système éducatif. Mon intelligence était ailleurs »

Bruce Springsteen

📷1967 Bruce Springsteen High School Yearbook

« Selon moi, j’étais un garçon intelligent qui ne réussissait pas bien à l’école. Je ne m’insérais pas dans le système éducatif. Mon intelligence était ailleurs »

Bruce Springsteen

📷1967 Bruce Springsteen High School Yearbook
... See MoreSee Less

4 days ago

Comment on Facebook

📷 Bruce Springsteen in his twenties and his seventies

« 𝘐𝘭 𝘺 𝘢 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘮𝘪𝘴. 𝘐𝘭 𝘺 𝘢 𝘭𝘢 𝘧𝘢𝘮𝘪𝘭𝘭𝘦. 𝘌𝘵 𝘪𝘭 𝘺 𝘢 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘮𝘪𝘴 𝘲𝘶𝘪 𝘥𝘦𝘷𝘪𝘦𝘯𝘯𝘦𝘯𝘵 𝘭𝘢 𝘧𝘢𝘮𝘪𝘭𝘭𝘦 ». 
[Journée internationale de lamitié]

« 𝘐𝘭 𝘺 𝘢 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘮𝘪𝘴. 𝘐𝘭 𝘺 𝘢 𝘭𝘢 𝘧𝘢𝘮𝘪𝘭𝘭𝘦. 𝘌𝘵 𝘪𝘭 𝘺 𝘢 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘮𝘪𝘴 𝘲𝘶𝘪 𝘥𝘦𝘷𝘪𝘦𝘯𝘯𝘦𝘯𝘵 𝘭𝘢 𝘧𝘢𝘮𝘪𝘭𝘭𝘦 ».
[Journée internationale de l'amitié]
... See MoreSee Less

5 days ago
Un professeur a donné un ballon à chaque étudiant, qui a dû le gonfler, écrire son nom dessus et le jeter dans le couloir. Le professeur a ensuite mélangé tous les ballons et les étudiants ont  reçu 5 minutes pour trouver leur propre ballon. Malgré une recherche frénétique, personne na retrouvé son ballon.

Le  professeur a dit aux étudiants de saisir le premier ballon quils avaient trouvé et de le remettre à la personne dont le nom était inscrit dessus. En moins de 5 minutes, chacun avait en main son propre ballon.

Le professeur a expliqué aux étudiants : ′′ Ces ballons sont comme le Bonheur. Nous ne le trouverons jamais si tout le Monde cherche uniquement le Sien. Mais si nous nous soucions du Bonheur des Autres, nous trouverons le Nôtre aussi.

Un professeur a donné un ballon à chaque étudiant, qui a dû le gonfler, écrire son nom dessus et le jeter dans le couloir. Le professeur a ensuite mélangé tous les ballons et les étudiants ont reçu 5 minutes pour trouver leur propre ballon. Malgré une recherche frénétique, personne n'a retrouvé son ballon.

Le professeur a dit aux étudiants de saisir le premier ballon qu'ils avaient trouvé et de le remettre à la personne dont le nom était inscrit dessus. En moins de 5 minutes, chacun avait en main son propre ballon.

Le professeur a expliqué aux étudiants : ′′ Ces ballons sont comme le Bonheur. Nous ne le trouverons jamais si tout le Monde cherche uniquement le Sien. Mais si nous nous soucions du Bonheur des Autres, nous trouverons le Nôtre aussi."
... See MoreSee Less

5 days ago
Poème: LES ÉCOLIERS

Sur la route couleur de sable,
En capuchon noir et pointu,
Le moyen, le bon, le passable
Vont à galoches que veux-tu
Vers leur école intarissable.

Ils ont dans leurs plumiers des gommes
Et des hannetons du matin,
Dans leurs poches du pain, des pommes,
Des billes, ô précieux butin
Gagné sur dautres petits hommes.

Ils ont la ruse et la paresse
Mais linnocence et la fraîcheur
Près deux les filles ont des tresses
Et des yeux bleus couleur de fleur,
Et des vraies fleurs pour leur maîtresse.

Puis les voilà tous à sasseoir.
Dans lécole crépie de lune
On les enferme jusquau soir,
Jusquà ce quil leur pousse plume
Pour senvoler. Après, bonsoir !

Maurice Fombeure

Poème: LES ÉCOLIERS

Sur la route couleur de sable,
En capuchon noir et pointu,
Le 'moyen', le 'bon', le 'passable'
Vont à galoches que veux-tu
Vers leur école intarissable.

Ils ont dans leurs plumiers des gommes
Et des hannetons du matin,
Dans leurs poches du pain, des pommes,
Des billes, ô précieux butin
Gagné sur d'autres petits hommes.

Ils ont la ruse et la paresse
Mais l'innocence et la fraîcheur
Près d'eux les filles ont des tresses
Et des yeux bleus couleur de fleur,
Et des vraies fleurs pour leur maîtresse.

Puis les voilà tous à s'asseoir.
Dans l'école crépie de lune
On les enferme jusqu'au soir,
Jusqu'à ce qu'il leur pousse plume
Pour s'envoler. Après, bonsoir !

Maurice Fombeure
... See MoreSee Less

5 days ago
Lécole nous instruit, la vie nous corrige et nous éduque.

Albert Zilevou
Togo, Lomé, 1978

"L'école nous instruit, la vie nous corrige et nous éduque."

Albert Zilevou
Togo, Lomé, 1978
... See MoreSee Less

1 week ago
Load more